LA DESINTOXICATION DIGITALE

    LA DESINTOXICATION DIGITALE

    LES CLES POUR REUSSIR LA DESINTOXICATION NUMERIQUE

    Aux derniers sondages, 70% des Français vérifiaient leurs boites mail toutes les 5 minutes. C’est pire qu’une signe d’hyper-connexion, c’est une addiction qui peut altérer les liens sociaux. 78% des moins de 25 ans et 62% des cadres supérieurs se déclarent accros à leurs portables.

    P.C ou Mac, tablettes , smartphones, télévision sont le lot quotidien des jeunes et moins jeunes.

    C’en est au point que les autorités s’en sont saisies. L’addiction par l’écran ou l’usage excessif qu’il en est fait  surtout par les jeunes  a interpelé le Conseil Economique et social. Il réclame d’une meilleure prise en main de  de cette « pratique  » qu’il définit comme pathologique et qui de surcroît est en progression. Un enfant sur 8 fait un usage excessif des jeux vidéos selon l’Observatoire français des drogues  et de la toxicomanie.  L’usage problématique des écrans toucherait 1e à 2% de la population adulte et 5% des adolescents.

    C’est la recherche d’un plaisir immédiat ou d’une compensation qui rend ses comportements addictifs. Ils sont responsables d’isolement et de la désocialisation à l’instar de n’importe quelle autre addiction.

    L’état d’hyper-connexion avancé est avéré quand l’individu passe plus de 3 heures par jour connecté. Il va aussi préféré un selfie avec un tableau plutôt que d’admirer l’œuvre d’un artiste, se brancher sur Google Maps plutôt que de demander son chemin à un habitant, vérifier ses textos plutôt que de profiter d’un bain de mer ou d’une activité loisir.

    Ce comportement n’est pas sans conséquences. On ne profite pas de l’instant présent et des autres, on se coupe des émotions ou laisse le travail se glisser dans notre temps libre…

    Cela entraîne une fatigue cognitive provoquée par un permanent aller et retour. Ces objets numériques nous tiennent et nous rendent esclaves. Cela peut aller jusqu’au burn-out.Ils donnent une impression de toute puissance et de l’abolition des distances.

    Forfaits illimités , déploiement de bornes wi-fi, haut débit généralisé, smartphones de plus en plus performants, font que certains se réinvestissent dans le virtuel d’internet. Cet envahissement qui ressemble à une addiction font de ces instruments sont devenus indispensables aux yeux de certains d’entre nous. C’est aussi comblé un vide de l’inoccupation et de la solitude. Certains craignent rater une occasion en se coupant de leur  portable ou autres écrans.

    Signe d’un temps nouveau, la déconnexion est devenue un marché. Certains proposent  des séjours de désintoxication numérique. Certains apprennent à paramétrer leurs outils, d’autres accomplissent leurs tâches à des heures fixes  de la journée. Car la connexion continue est chronophage.

    La désynchronisation entre appareils commence à être de rigueur et un liste d’activités prioritaires est établies pour éviter l’envahissement.

    Cette discipline permet d’éviter les erreurs d’une réponse trop hâtive. On peut éteindre son portable , le mettre sur silencieux. On peut aussi de parler ou répondre à une personne qui serait vissé à ses appareils.

    Mais il faudrait surtout faire une étude particulière et réaliste de nos comportements et faire le tri entre ce qui est efficaces et nécessaires et ce qui est plaisant, polluant , frustrant.

    La solution : ne pas se rendre tout le temps disponible pour se genre d’activités dont le principal attrait est d’être souvent gratuit.  mais comme rien n’est jamais gratuit , c’est surtout nos données personnelles et notre temps ( pour la pub, bien sûr) qui est recherché. Cela devient un business très attractif. Pensez-y !

     

    FOCUS  :

    • 70% des Français consultent leur messagerie toutes les 5 minutes. C’est un des signes de l’hyper-connexion et une d’addiction qui peut altérer les liens sociaux et le bien-être  sans parler de son impact sur le cerveau.

    • 78% des moins de 25 ans se déclarent accros à leur portable.

    • 66% des actifs se disent angoissés à l’idée de passer un jour sans leur mobile

    • Nous regardons notre portable en moyenne 150 fois par jour

    • 6 Français sur 10 sont penchés sur un second écran ( portable, tablette…) pendant qu’il regarde la télévision. Et cet état de choses persistent même pendant les vacances.

    >