LES FEMMES ET LE BURN-OUT

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT

     

    Des études montrent que les femmes sont  plus touchées par le burn-out que les hommes. En effet , plus de 3% femmes sont victimes du burn-out. Seul 1% des hommes sont touchés par ce phénomène de stress extrême. Pourquoi les femmes seraient-elles plus touchées par le burn-out ? C’est pour cela que nous nous interrogeons sur les femmes et le burn-out. Qu’en est-il exactement ?

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT

    Les femmes sont plus nombreuses à être victime du burn-out.

    L’époque que nous traversons et vivons a donné une place plus importante aux femmes notamment dans le monde du travail.  Elles sont connues pour s’investir énormément. Cela devient l’aventure de leur vie et la grande réussite leur est promise et est souvent au bout de la route.

     

    Mais ce succès malgré le départ des enfants devenus grands, causent souvent une grande situation de surmenage. L’investissement dans l’entreprise, le désir de réussite et de grimper les échelons, provoquent des situations où la victime est incapable de dire si elle est fatiguée. Soudain , elle ne trouve plus les moyens de se lever le matin sans trop mettre un mot sur le phénomène qui la saisit.

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT : LES SYMPTOMES

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT

    Le burn-out est une situation de stress intense

    Un repos forcé peut s’avérer nécessaire. Et la victime peut n’avoir qu’une pensée : reprendre les activités qui l’ont clouée au lit. Elle retrouve son fauteuil au bureau, ses rendez-vous, ses activités, les diners de travail.

     

    La femme peut être victime d’une seconde secousse caractérisée par des malaises, le stress , le surmenage;. D’autres avertissements peuvent suivre allant peut-être jusqu’à l’A.V.C.

     

    A la maison , les choses se passent bien . L’organisation se déroule bien. Mais l’esprit est occupé par le travail dans l’entreprise qu’on a dû abandonner. Les amis , le médecin de famille aux petits soins avertissent la concernée :  » Si tu continues ainsi , tu ne fera pas long feu. Sois raisonnable ».

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT : les femmes actives les victimes principales.

     

    Elle ont une double journée de travail : dans l’entreprise et à la maison. Elles assurent en effet 80% des tâches ménagères. Accablées par ce mille-feuilles de besognes , elles seraient plus sensibles au burn-out, cette maladie du travail aux grandes conséquences.

     

    En 2014, une étude de Technologia révélait que parmi les 10% de Français qui frôlent le burn-out, les femmes seraient placées en pôle position. Près de 35% d’entre elles affirment que leur travail a eu un impact négatif sur leur santé dans l’année écoulée contre 25% chez les hommes.

     

    Une deuxième catégorie est touchée par le burn-out : il s’agit des familles mono-parentales ( 85% de femmes) .

    Les spécialistes peinent encore pour savoir pourquoi les femmes seraient plus atteintes par cette maladie car elles ne sont pas des êtres plus fragiles que les hommes.

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT : En général, les hommes résistent mais les femmes plaquent tout.

     

    Il n’y a pas de raison que les femmes souffrent plus du burn-out que les hommes. Elles ne sont pas plus fragiles mais peut-être plus honnêtes. Les femmes ont tendance à mieux verbaliser les problèmes de malaise et de stress au travail. Les hommes semblent avoir plus de mal à en parler. Ils semblent victimes des pressions sociétales qui voudraient que les hommes ne se plaignent pas. Il reste dans leur rôle de mâle dominant , à qui tout réussit et qui n’est jamais fatigué. Les femmes éprouvent moins de honte à décrire leur situation de stress profond dans l’entreprise.

    La situation semble évoluer et comme pour la dépression , les hommes semblent plus à l’aise maintenant pour parler de leur burn-out.

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT : LOIN D’ÊTRE LE SEXE FAIBLE

     

    Chaque sexe cependant semble vivre le burn-out de façon différenciée. Cela s’explique par les leviers de la motivation. Les hommes dans son statut de héros , doit faire preuve de performance et la reconnaissance en découlera. Les femmes cultivent un rapport plus viscéral et passionné avec le travail. Elles semblent y investir leurs temps mais aussi leurs émotions. Pour les femmes , le travail est devenu le symbole de leur indépendance et de leur épanouissement. Elles sont aussi moins valorisées et auront tendance à foncer pour prendre une place intéressante et progresser dans la hiérarchie. Dans cette quête , elles doivent être plus performantes mais aussi plus souples.

     

    A l’œuvre dans l’entreprise mais aussi à la maison pour terminer un reste de travail. Les femmes peuvent aussi s’infliger des contraintes le week-end, pour elle ou pour aider certains de ses collègues.

     

    Le quotidien alors est parcheminé par des crises d’angoisses, des peurs , des nuits blanches et les pleurs de ne pas y arriver ou de ne pas bien faire.

     

    Mais à force de nier les limites de l’être humain, les femmes se jetteront à corps perdu dans le travail et tomberont de le cercle vicieux de la reconnaissance : plus tu en fait , plus tu te sens valorisée.

     

    LE BURN-OUT pointe son nez. Elle va rester éloignée du travail , de l’entreprise. Elle acquerra une autre conception de la vie dans laquelle le travail ne sera pas tout.

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT : Prendre son temps , savourer les moments présents ,vivre la vie plus lentement.

     

    Hommes et femmes n’ont pas le même comportement. Les hommes estiment qu’ils n’ont pas droit à l’échec. Ils font bonne figure et restent dans l’entreprise. Les femmes , elles , peuvent tout changer. Elles prennent du recul et se réorientent. Elles peuvent intégrer des structures radicalement opposées.  Elles rallieront des entreprises plus petites à visage humain si elles ont précédemment travaillé dans une grande entité.

     

    Elles vont se reconvertir avec de nouvelles et bonnes résolutions : par exemple faire du sport, ne pas ramener du travail à la maison sauf à titre exceptionnel. Elles vont savourer la vie et vivre plus lentement en appréciant des moments de détente. Redécouvrir un emploi du temps qui ménage un temps pour elles et pour les loisirs et un rythme plus harmonieux..

     

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT  : ET APRES ?

    LES FEMMES ET LE BURN-OUT

    Elles tournent le dos à la situation précédente et prennent une position opposée

    Désormais, après une période de burn-out , les individus apprécient un nouveau mode de vie moins centré sur le travail dans leur entreprise.

    >