MERE CELIBATAIRE

MERE CELIBATAIRE

MERE SEULE ou MAMANS SOLOS

 

Elles nous semblent plus nombreuses. Est-ce une impression ou une réalité ?

Elles sont 2 millions à élever 3 millions d’enfants.  On estime qu’un foyer sur 5 est mono parental.  85% des familles monoparentales sont  des femmes seules et de plusieurs enfants. On peut penser qu’il y a environ 400 000 hommes qui vivent le même statut. Mais ils sont, semble-t-il, de plus en plus nombreux.

75% des situations de monoparentalité sont dues à une séparation, 15% à une naissance hors d’une vie commune, 10% relèvent d’une situation de veuvage.

15% des mères seules sont au chômage ( dont 57% au chômage de longue durée) contre 8% pour les mères en couple.

40% des enfants de moins de 18 ans vivant dans des familles monoparentales se situent sous le seuil de pauvreté contre 20% pour l’ensemble des enfants.

La durée moyenne de la monoparentalité est de 7 ans.

C’est une période où il faut lutter contre vents et marées pour sa propre dignité et le respect des enfants. C’est aussi aucune sortie, pas d’achat de plaisir, jamais de coiffeur, de restaurants….

Ce sont des chiffres qui donnent à réfléchir. Mais le sujet reste tabou. Situation rarement abordée par les principales concernées , certaines préfèrent cacher leur situation comme si elles en avaient honte. L’Etat et la société doivent se mobiliser.

Un tiers des mères célibataires n’ont pas de sexualité car elles sont souvent coincées à demeure par leurs différentes et astreignantes tâches. Elles vivent une vie quotidienne harassante.

GARDE DE L’ENFANT

La garde des enfants reste le souci principal. Certains préconisent un quota dans les crèches réservées aux familles monoparentales, de même que l’allongement des horaires d’accueil afin de permettre aux mères seules de concilier l’éducation des enfants et la vie professionnelle.

VIE PROFESSIONNELLE : A L’ARRET

Les mono-parents sont 2 fois plus touchés par le chômage et davantage employés à temps partiel. Seule , une moitié des mères de famille monoparentale occupe un emploi à temps complet alors qu’elles fournissent l’essentiel des revenus du ménage. Les postes à responsabilités sont peu compatibles avec les contraintes d’une mère seule. Plus de temps consacré aux enfants, c’est forcément moins d’argent qui rentre dans le foyer.

BUDGET, LE LOGEMENT,  ON SE DEBROUILLE

Une mère isolée sur 2 termine le mois à découvert. Avec un salaire en moins , il reste des charges incompressibles à payer : logement, garde d’enfants. A cela s’ajoute la grande difficulté à récupérer les pensions alimentaires non versées.

Côté logement : la famille monoparentale se voit obligée d’emménager dans un appartement plus petit.

Les mères isolées deviennent des championnes de la débrouille : par exemple pour les vêtements, c’est le système D (fins de soldes ou recyclage des vêtements entre les enfants au fur et à mesure de leur évolution..)

REFAIRE SA VIE

Avec une organisation et un budget millimétrés , il reste peu de temps aux mères célibataires  pour s’épanouir et avoir une vie sociale. Sans parler d’une vie sentimentale et sexuelle.

Refaire leur vie devient difficile car elles sont embarquées dans des préoccupations matérielles au quotidien. Les femmes mettent en général plus de temps que les hommes pour retrouver l’amour.

Idées noires , perte de confiance en soi sont difficiles à résoudre.

Heureusement, il y a les amis. Une garde alternée des enfants peut permettre des sorties avec amis et collègues.

L’entourage compte aussi beaucoup. Parents , grands parents quand ils habitent à proximité peuvent constituer un relais permettant un soulagement, d’aplanir des difficultés d’emploi du temps et de s’adonner à d’autres occupations. De prendre les enfants pendant les périodes de vacances. La solidarité , c’est souvent ce qui permet de tenir.

FOCUS

Etre mère célibataire et élever ses enfants n’est pas facile tous les jours. Elle se demande souvent comment instaurer un climat serein et harmonieux au sein de son foyer.

Les réponses varient selon la situation familiale. Mais le conseil plus judicieux reste de : déléguer.

D’abord , il faut répartir les tâches, demander de l’aide. Certaines exigences secondaires peuvent être laissées de côté.

Car la mère célibataire doit assumer une vie avec de nombreux rôles : mère, père , clown, oncle, parrain, cuistot, gendarme,grande sœur… Elle se doit de tout gérer et n’a guère le temps de faire une pause.

Ce n’est pas toujours facile et parfois ça déborde : on crie sur les enfants, les repas ne sont pas forcément équilibrés, le ménage pas toujours fait. Epuisée , on laisse passer bien des choses sans envie de réprimander ni d’expliquer le pourquoi de certaines règles. On aspire à un peu de tranquillité, à du repos, à un break pour souffler. Elle est saisie de honte. Mais elle doit savoir qu’à l’impossible, nul n’est tenu.

Depuis que le monde est monde , l’élevage des enfants a toujours été le fait de la tribu, de la famille élargie ( frères , sœurs, mères , grands-parents, beaux-parents ). Tous ou quasiment  participent à l’harmonie dans l’éducation de l’enfant.

Il est vrai que le cercle de famille avec la modernisation s’est réduit ou restreint. Pas facile donc pour une femme seule de porter toutes les casquettes. Pas facile non plus de trouver un équilibre entre travail et le peu de temps disponible à côté. Pas facile de se sentir épanouie !

Les mères seules épanouies ont trouvé un savant dosage en déléguant  et en demandant de l’aide à la famille, aux voisins , aux amis.

Elle dispose alors d’un temps libre qui lui permet de s’épanouir , de se consacrer du temps , de se faire une petite beauté et pourquoi pas trouver un compagnon qui l’aidera cheminer dans les bonheurs et les malheurs pour le reste de sa vie.

FOCUS

Une mère de famille seule devra plus que les autres :

  • Analyser et solutionner les fortes émotions de ses enfants
  • Poser des limites fermes et barrières précises tout en se montrant diplomate ( climat d’ouverture).
  • Elle doit exprimer ses colères sans blesser
  • Inciter un esprit de coopération chez les enfants
  • Solutionner les conflits dans un esprit de paix

Il s’agira de valoriser les relations entre les enfants et les parents et enfants en atténuant grandement les situations de stress.

  • Leur apprendre une certaine discipline
  • A participer aux travaux ménagers
  • A gérer et se responsabiliser
  • A prendre des initiatives.

 

FOCUS

LES OUBLIES DE LA MONOPARENTALITE

Dans une société où la monoparentalité est en constante augmentation, un père élevant seul ses enfants fait figure d’exception. En 2013 un chef de famille monoparentale sur 10 est un homme. Quelquefois veufs , le plus souvent divorcés, ces pères isolés échappent aux principales statistiques mais pas aux difficultés. Souvent quadragénaires en responsabilité de 1 à 2 enfants en moyen. la moitié d’entre eux sont chômeurs, le plus souvent indemnisés et 30% d’entre eux ont un travail qui ne suffit pas à faire vivre leur foyer. Ils sont souvent endettés (68% font face à des impayés et 12% ont déposé un dossier de surendettement.

Les pères seuls sont peu enclins à aller vers les services sociaux et vivent des situations d’isolement plus grandes que les mères seules.

Les hommes paraissent plus fragiles que les femmes face aux situations de pauvreté. La société érige un principe : un homme doit être fort et s’en sortir tout seul car une demande d’aide signale une faiblesse.

Les pères solos vivent très souvent une grande souffrance dont ils ne parlent pas.

Alors que les services sociaux pourraient leur permettre de prendre un peu de recul, bénéficier de places de détente et de repos, prendre soin d »eux.

About the Author Maxence76

Je suis Maxence. Agé de 63 ans , je suis père et grand-père. Beaucoup de choses sont arrivées dans ma vie familiale, professionnelle , mon cursus. J’ai eu l’avantage d’avoir des enfants et des petits enfants qui n’ont eu que des soucis secondaires. Tous m’ont donné satisfaction mais les choses n’ont jamais été faciles. il a fallu s’atteler et leur montrer la route pour éviter un maximum d’écueils.

follow me on:
>