COMMENT PARLER DES ATTENTATS EN FAMILLE

 

COMMENT PARLER DES ATTENTATS EN FAMILLE

Comment les parents peuvent-ils parler des attentats en famille avec leurs enfants ?

 

Les parents sont souvent désemparés et choqués. Quant aux enfants , ils reçoivent des informations devant de l’école , de la télévision , d’internet ou des copains de jeu.pour les spécialistes de l’enfance , il faut en parler. Mais il faut peser les mots  et ne pas se laisser submerger par les émotions propres aux adultes.Comment parler des attentats en famille ?

Plus ils sont petits, plus les choses peuvent apparaître difficiles. Sur ce point , les avis divergent.

Comment parler des attentats en famille

Laisser l’enfant dans son monde d’enfance : loin de certains sujets.

 

COMMENT PARLER DES ATTENTATS EN FAMILLE

 

Dès l’âge de 3 ans pour certains spécialistes. Car les enfants ressentent  l’angoisse et les troubles des adultes. Le silence devient plus inquiétant  parque qu’ils imaginent bien pire. Pas toujours évident de dire et d’expliquer les choses. Mais il est préférable d’être maladroit  plutôt que de ne rien dire.

 

Pour d’autres spécialistes , il est préférable de laisser les enfants à l’écart des évènement car ils n’ont pas la capacité psychique  de comprendre. il est de plus important de les laisser dans le monde de l’enfance., de ne pas les exposer aux images et mots car il absorbent des émotions qui ne prennent pas sens. La seule chose qu’ils pourront capter , c’est une peur brute et inquiétante.

 

Mais s’ils posent des questions, il sera inutile de leur mentir. Trop de sources diffusent bonnes ou mauvaises nouvelles. On peut leur expliquer qu’il s’est passé des choses graves dans le monde des adultes  et que les nécessaire est fait pour y régler.

 

Certains parents déboussolés souhaitent en transparence totale avec leurs enfants et anticiper leurs questions ou interrogations. Mais les enfants ont l’habitude qu’on ne leur parle de certaines choses. Les choses diffèrent sur le comment parler des attentats en famille selon ,’âge, le milieu, le type de relations parents-enfants que vous entretenez.

 

L’AGE DE 6 ANS : Comment parler des attentats en famille ?

Comment parler des attentats en famille

Les spécialistes ne sont pas forcément d’accord. on peut en parler dès l’âge de 3 ans.

A partir de cet âge en parler s’avère indispensable. Car les écoles aborderont sûrement le sujet dès la reprise des cours.

 

Comment expliquer les choses ? Evitons d’utiliser des mots forts tels que carnage, tuerie , bain de sang. Ces mots sont souvent plus forts que des images et il entretiennent la violence des émotions. Choisissez vos mots, vos formules: « grave » ou « très grave » valent mieux que « horrible ». N’utiliser pas forcément les termes de « guerre  » , de « terrorisme », de « massacre ». La Guerre signifie pour un enfant qu’il y a des combats partout.

 

pourtant ce mot « guerre  » est celui qui parle le plus aux enfants. Ils en ont entendu parler très petits, vu des images à la télé ou des photos dans les journaux. ils ont aussi visité des musées avec les parents et des choses leurs ont été expliquées par des professeurs , des parents , des guides puis lors de leur cours d’histoire dès les classes élémentaires. On peut leur expliquer que le terrorisme est une nouvelle forme de guerre. Mais sans aborder les détails  et sans parler de fous.

 

Il est presque impossible de cacher aux enfants les unes des journaux papier ou télévisés dans cette société aux sources sans limites d’information.. Mais s’ils entendent des choses qui peuvent les terrifier , les submerger d’émotions négatives, les parents doivent être présents pour leur expliquer et leur dire qu’ils seront protégés quoi qu’il arrive.

 

si l’enfant a peur , il faut lui expliquer que c’est une réaction normale et que nous éprouvons les mêmes émotions. mais on doit immédiatement les rassurer et leur dire que des mesures de protection sont prises pour les protéger. il faut aussi leur expliquer que le monde doit vivre d’amour , surtout lors de tels moments et leur montrer par des gestes affectueux votre amour et le désir de les protéger.

 

N’oubliez pas que les enfants vivent au présent. il faut donc éviter de projeter nos propres angoisses futures sur eux. Et les laisser dans le monde de l’enfance. Ils auront le temps de vivre plus tard les affres comme les bons moments de la vie d’adulte.


————————————————————————–

Les images qui figurent dans cet article proviennent du site :  https://pixabay.com/fr/

Toutes les images et vidéos de Pixabay sont libres de droit et publiées sous licence Creative Commons CC0. Vous pouvez les télécharger, les modifier, les distribuer et les utiliser gratuitement à votre gré, y compris pour tout usage commercial. Aucune attribution n’est demandée

———————————————————————–

 

About the Author Maxence76

Je suis Maxence. Agé de 63 ans , je suis père et grand-père. Beaucoup de choses sont arrivées dans ma vie familiale, professionnelle , mon cursus. J’ai eu l’avantage d’avoir des enfants et des petits enfants qui n’ont eu que des soucis secondaires. Tous m’ont donné satisfaction mais les choses n’ont jamais été faciles. il a fallu s’atteler et leur montrer la route pour éviter un maximum d’écueils.

follow me on:
>